Menu

  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • À LA UNE
  • ÉDITORIAL

Articles // Général

L’arrière-pays d’Aiguebelle

Au coeur de l’indompté

// Monic Roy - 1 févr. 2013

Numéro : Février 2013

 

Nageuse émérite, la loutre de rivière trouve son contentement dans l’arrière-pays du parc national d’Aiguebelle qui lui assure sa nourriture, son terrier, son aire de reproduction et surtout… son terrain de jeu!
photo : Luc Farrell

 

La solitude, les défis extrêmes, le sentiment de fouler une nature vierge vous fascinent? Vous carburez aux émois de l’exploration de contrées occultes? Le parc national d’Aiguebelle vous ouvre son arrière-pays. L’Abitibi jouissant déjà d’une perception populaire de territoire à la frontière du monde apprivoisé, imaginez l’arrière-pays d’un parc national où règne une paix surréelle en tout temps. Et si la voûte nocturne vous gratifie de ses millions d’étoiles, vous prendrez la juste mesure de votre place dans l’univers.

 


Dans l’arrière-pays, vous ne comptez que sur vos ressources personnelles et vos compagnons d’aventure : sac à dos, tente, boussole et raquettes en hiver. L’arrière-pays d’Aiguebelle, c’est la forêt dense, les lacs quasi secrets, la flore surprenante et la vie giboyeuse qui s’épanouit en toute liberté.


L’hiver, le lac Patrice baigne dans cette paix engourdie qui donne le sentiment d’être seul au monde. Là, plus que nulle part ailleurs, les probabilités de rencontrer l’orignal sont excellentes, à moins que ce ne soient les loups qui vous offrent le concert de leurs hurlements, rythmés par… les battements accélérés de votre coeur. Le Patineur peut servir de camp de base pour la nuit où vous dormirez au chaud. De là, poussez l’aventure en traversant le parc jusqu’au camp Le Longicorne où la solitude a établi son domicile permanent. Rappelez-vous qu’une épaisse couche de neige recouvre 200 km2 du territoire d’Aiguebelle; assurez-vous que vos raquettes tiendront le coup. Si le cœur vous en dit, visez le plus haut sommet de l’Abitibi, à 570 mètres, en raquettes ou en skis nordiques.


L’arrière-pays estival se déploie en une flore touffue où vos chances d’apercevoir une faune abondante sont décuplées. C’est le territoire incontesté de la gélinotte huppée, de l’ours noir, du castor, de l’orignal, du lynx du Canada. La loutre des rivières y batifole aux abords des nombreux lacs d’eaux claires tapis au creux des Abijévis. Découvrez le lac aux Rochers, un phénomène en soi puisque la dénivellation rend invisible son voisin, le lac aux Geais, qui n’est qu’à quelques pas. Par la suite, alignez-vous sur les collines jumelles d’où de magnifiques points de vue laissent bouche bée.


Les plus braves continueront leur périple jusqu’au lac de l’Indien pour s’installer en bivouac.


Si pour vous la solitude rime avec liberté, le silence avec sérénité et la survie avec défi, l’arrière-pays du parc national d’Aiguebelle est votre destination. Cette aventure taillée sur mesure pour les purs et durs du plein air s’inscrit dans l’offre globale de l’Abitibi-
Témiscamingue qui regorge de parcours autoguidés vous donnant la plus grande accessibilité possible à son territoire naturel. Pour une planification clé en main de vos sorties en plein air, consultez les fiches de parcours canotables, de pistes cyclables et de réseaux de sentiers sur le site : accespleinair.org. 

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler