Menu

Articles // Théâtre

Théâtre

THÉÂTRE DE LA LOUTRE : LA PANDÉMIE N’ARRÊTE PAS LE RIRE

// Joanie Harnois - 30 mars 2021

Numéro : Avril 2021

 

Karine McFadden et ses deux filles, Marie-Lou et Pénélope
photo : Courtoisie

 

Véritable institution au Témiscamingue, le Théâtre de la Loutre ne s’est pas laissé abattre par la pandémie. La troupe de comédiens amateurs sera de retour sur les planches du Théâtre du Rift à Ville-Marie les 15, 16, 23 et 24 avril pour présenter non pas sa traditionnelle pièce de théâtre, mais un spectacle d’humour. Monologues, duos, sketchs et numéros clownesques, dont certaines créations originales, seront au programme.

 

Coup de chance du calendrier, le Théâtre de la Loutre avait pu présenter sa production annuelle, À la bonne aventure, en février 2020. Réal Couture, directeur artistique et metteur en scène de la troupe, a ensuite usé de créativité pour naviguer à travers la pandémie. En août, un radio-théâtre était diffusé à CKVM avec trois comédiens professionnels, Martin Héroux, Odette Caron et Frédérik Fournier. Mais le travail sur la pièce jouée en février commence habituellement huit à dix mois d’avance. En septembre, sentant que la deuxième vague approchait et qu’il serait impossible de rassembler dix comédiens pour répéter dans des décors, Réal Couture a choisi d’opter pour un spectacle d’humour, plus pratique pour respecter les règles sanitaires.

 

Ce changement de format a apporté son lot de défis. Si la troupe a déjà pour créneau la comédie, Réal Couture explique qu’une différence importante est le rapport au public. « En théâtre, on joue dans un lieu, le décor, et on fait tomber le fameux “quatrième mur” pour que le public puisse suivre l’intrigue. Le comédien n’est pas en lien direct avec le public. » Pour l’humoriste qui fait un monologue, le contact est direct. Du coaching individuel a permis aux comédiens amateurs de travailler les pauses, les silences « porteurs de messages », d’apprendre à développer une complicité avec le public. Toutefois, le plus difficile pour les membres de la troupe, selon Réal Couture, a été l’absence de l’équipe, le manque de complicité, de connivence qu’ils développent tout au cours d’une production théâtrale.

 

Les répétitions n’ont pas eu à se transposer dans le virtuel grâce à un partenariat avec le Théâtre du Rift qui a mis sa scène à disposition. Sans installation de décor requise, il était aisé pour les comédiens de répéter à un, deux ou trois dès que la salle était vide. En retour, le Théâtre de la Loutre s’engage à verser la moitié des profits de son spectacle au Rift pour soutenir ses activités en ces temps difficiles.

 

Signe des temps, un numéro a été monté par une « bulle familiale » alors qu’une mère et ses deux filles joueront ensemble. Quatre recrues ont aussi joint l’équipe. « Pour moi, ce sont tous des coups de cœur, et ce, à des niveaux différents. Pour certains, c’est la réussite d’une première implication, la fierté de relever un défi. Pour d’autres, c’est leur énergie créatrice », souligne Réal Couture, qui indique aussi que le public aura droit à une belle surprise en finale du spectacle. « Nous souhaitons offrir à la population une soirée où le rire sera contagieux. Un virus que l’on peut attraper… sans danger! »

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler